Les statuts

La Charte

 

Le troisième millénaire est un siècle d’espoir dans lequel les « Femmes 3000 » sont actrices : Le « Développement Durable », ou « Sustainable Development »  a été énoncé dans le rapport Brundtland en 1987, par la première ministre norvégienne du même nom, comme un développement qui tient compte du bien-être des futures générations.

« Femmes 3000 » souscrit à cette philosophie politique qui passe par un échange et une coopération entre la femme et l’homme, dans un esprit d’humanisme et d’entente.

Dans « Développement Durable » il y a tout d’abord le développement, celui des capacités des individus dans des conditions d’égalité, de fraternité et de liberté, selon nos principes républicains.

Chaque individu doit pouvoir se constituer un capital personnel qui correspond aux droits de l’Homme et de la Femme : la santé, l’éducation, le travail et la formation, la liberté de mouvement et de décision, l’intégrité physique et morale. Pour atteindre ensuite un niveau « acceptable » de « bien-être » l’individu doit pouvoir accéder à la justice, à la participation au pouvoir politique et économique, au statut et au respect de sa personne.

Dans nombre de pays en voie de développement ces principes des droits de l’Homme et de « bien-être » ne sont pas appliqués dans l’égalité, ainsi que malheureusement encore, dans beaucoup de pays  riches.

Dans « Développement Durable » il y a aussi durable.

Qui dit durable dit responsable, capable d’accepter la différence, de se montrer tolérant, d’avoir une sensibilité à l’environnement (responsabilité environnementale) et une attitude modérée face au pouvoir (responsabilité économique), sans comportement de domination.

« Femmes 3000 » est convaincue que la responsabilité environnementale et économique au sein d’une société passe par la responsabilité sociale.

Il importe donc de mieux répartir et partager les temps et les tâches professionnelles et familiales. Ce rééquilibrage demande de comptabiliser ou de rémunérer, ainsi que de valoriser certaines activités plus traditionnellement attribuées à la femme. Il demande aussi à ce que le monde du travail soit conciliable avec la vie familiale.

Cela permettra, d’une part de rendre les femmes plus présentes et plus responsables dans les structures de pouvoir ; d’autre part d’amener les hommes à prendre leur vraie place dans la vie privée, domestique et familiale.

Contact

Laissez-nous un message !

DEVENEZ MEMBRE

Pour devenir membre de Femmes 3000

cliquez-ici

Archives